Traces d'ours dans la neige ©L.Nédélec - Parc national des Pyrénées
Traces d'ours dans la neige ©L.Nédélec - Parc national des Pyrénées

Identification

  • Nom scientifique : Ursus arctos

  • Silhouette : l’ours est massif, de grande taille. Ses oreilles sont courtes et arrondies et sa queue invisible.

  • Pelage : de couleur beige à brun-noir.

 

Habitat

Sur les Pyrénées, l’Ours brun habite principalement les régions accidentées et boisées où il trouve un abri et une nourriture variée.

 

Comportement

Surtout nocturne et crépusculaire, il peut être diurne s’il n’est pas dérangé.

 

Régime alimentaire

Les repas de l'ours sont constitués à 70 % de végétaux (fruits, baies, châtaignes, framboises, myrtilles), de divers insectes mais aussi de gros mammifères sauvages ou domestiques. A l’occasion, il ne dédaigne pas à se nourrir sur des charognes, voire à attaquer des troupeaux de brebis. Ces dégâts sur les troupeaux sont source de problèmes de cohabitation avec les éleveurs.

 

Reproduction

Le rut se déroule de mai à juillet. L’implantation différée des embryons se fait entre 4,5 à 7 mois. La gestation dure de 210 à 255 jours. Les naissances ont lieu en janvier et février. L’oursonne donne 1 à 3 petits par portée, souvent 2 rarement 4 ou 5, tous les 3 ans ou plus. Le jeune à la naissance pèse environ 500 g, aveugle et presque nu. Il reste dans la tanière pendant 4 mois et avec sa mère pendant 2 à 3 ans. Il est sevré à 1,5 an. L’ours se fixe sur un nouveau territoire vers 6-7 ans.

 

Longévité

L’ours vit plus de 30 ans en nature.

 

Préservation

Même si l’espèce est présente dans le monde entier, la population pyrénéenne est originale par ses particularités génétiques mais surtout par son comportement, façonné par plus de 5 000 ans de cohabitation entre éleveurs et ours. L’ours est une espèce menacée et protégée dans toute l’Europe de l’ouest. Plusieurs siècles de chasse et de braconnage, une fréquentation humaine assidue des massifs montagneux, ont presque réussi à éradiquer l’ours de la plupart des vallées pyrénéennes, l’espèce ayant disparu depuis plus de 50 ans des vallées alpines. Alors qu’en 1950, une cinquantaine d’ours se partageaient un territoire de 200 000 ha dans les Pyrénées-Atlantiques, à la fin des années 1990, il ne restait plus que 6-7 ours. Suite aux opérations de réintroduction entreprises depuis 1996 dans les Pyrénées centrales (8 animaux adultes relâchés), on compte aujourd’hui une petite trentaine d’ours dont seulement 2 sont présents en Pyrénées-Atlantiques, un en Hautes-Pyrénées et proximité, le reste étant réparti en trois noyaux entre Haute-Garonne et Ariège et Aude. Le «Réseau Ours », animé par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, regroupe un ensemble de partenaires chargés de la gestion et de la protection du milieu naturel, organise la surveillance et à la protection des ours sur le territoire pyrénéen.

Imprimer

Sous navigation