Lagopède alpin ou Perdrix des neiges

Lagopède pris d'assez loin mais de face, montrant son poitrail blanc©P.Dunoguiez - Parc national des Pyrénées
Lagopède pris d'assez loin mais de face, montrant son poitrail blanc©P.Dunoguiez - Parc national des Pyrénées

Identification

  • Nom scientifique : Lagopus muta
  • Silhouette : corps rond, ailes longues et arrondies, un bec court, noir et épais. Discret à l’extrême et timide, pour se protéger, il sait passer inaperçu. Son plumage blanc en hiver et gris-brun en été passe par toutes les nuances intermédiaires en hiver et au printemps. Sur l’année, en fonction des couleurs dont s’habille la montagne, il peut changer trois à quatre fois de couleur. Cette propriété de prendre la coloration du milieu qui l’entoure s'appelle l’homochromie.
  • Poids : 300 à 500 g
  • Envergure : 54 à 60 cm

 

Habitat

Présent à l’étage nival au-dessus de 2 000 m, le Lagopède alpin ne saurait déserter la haute montagne, fréquentant les versants rocheux enneigés, les crêtes et les pierriers souvent aux abords des névés. Le Lagopède alpin est sédentaire.

 

Régime alimentaire

Le Lagopède alpin se nourrit de végétaux tels que bourgeons et feuilles, mais aussi d’écorces, de racines et de tiges qu’il ingurgite sans difficultés.

 

Préservation

Le Lagopède alpin est une espèce rare, sa sous-espèce pyrénéenne étant endémique. Au quaternaire, il a résisté à l’important réchauffement qui fît suite aux grandes glaciations. Menacé par le développement des activités touristiques hivernales et un enneigement irrégulier, l’habitat du lagopède fait l’objet d’un suivi scientifique important. La répartition de l’espèce a régressé de plus de

30 % sur les dix dernières années dans les Pyrénées. Il n’est plus chassé dans la majorité des départements pyrénéens.

Imprimer

Sous navigation