Desman en bord de berge dans l'eau ©Y.Bielle - Parc national des Pyrénées
Desman en bord de berge dans l'eau ©Y.Bielle - Parc national des Pyrénées

Identification

  • Nom scientifique : Galemys pyrenaicus
  • Poids : environ 50-60 g (maxi 60 g).
  • Silhouette : trapue, corps rebondi. Munie d'une trompe et de pattes palmées. Agitation permanente. Grands pieds bordés de poils raides. Les pattes avant sont très réduites alors que les postérieurs sont très développés. Griffes très pointues qui s'accrochent aux rochers glissants. Longue queue légèrement aplatie latéralement à l'extrémité. Petits yeux. Pelage épais, hydrofuge et doux. Mue inconnue.
  • Couleur : gris-brun foncé dessus et blanc argenté dessous. 
  • Spécificités : Grâce à l’organe de Jacobson, situé à l’entrée de ses fosses nasales, il analyse les odeurs diffuses dans l’eau. 
  • Crottes : petites, droites ou en tortillons, noires et luisantes quand elles sont récentes, déposées sur les rochers et bouts de bois émergeant de l'eau. Odeur forte, musquée quand elles sont fraîches.
     

Habitat

Le Desman des Pyrénées vit dans les torrents et lacs y compris d’altitude, dans des cavités naturelles qu'il ne creuse pas lui-même, le long des berges. Il a été observé jusqu’à 2 200 m d'altitude.

 

Comportement

Très discret. Il est surtout actif la nuit, ce qui rend son observation très difficile. 
 

Régime alimentaire

Il capture sa nourriture au fond de l’eau. Il fouille parmi les graviers et les débris végétaux. Le Desman des Pyrénées se nourrit presque exclusivement d’invertébrés aquatiques. Il se déplace sous l’eau en soulevant les cailloux et fouillant le sable à la recherche d’insectes. La durée de ses plongées est en moyenne de 30 secondes.
 

Reproduction

La saison de reproduction est longue. L’accouplement se fait de janvier à mai. Il y a plusieurs portées par an.

 

Préservation

Espèce fragile en raison de son adaptation étroite à un milieu aquatique de qualité.

Sa présence dépend beaucoup du débit des rivières, des torrents pyrénéens et de la pureté de l’eau. Sa répartition a souffert ces dernières années de la construction des barrages et de l’aménagement des bords de cours d’eau et rivières. Les variations de débit ne le gênent pas tant qu'il n'y a pas d'apport de limons ou de gravier modifiant de façon trop conséquente les débits.

 

Imprimer

Sous navigation