Fièvre d'automne chez les bouquetins

Publiée le

La séduction avant l’accouplement chez les bouquetins ibériques… savourez les images de Jean-Paul Crampe.

 

 

[Petit décryptage de la vidéo]

 

En période de rut, tout est affaire de patience pour les mâles qui prospectent les falaises et observent tous les mouvements qui peuvent leur permettre de détecter les femelles (20 ‘’).

Parfois, deux mâles d'égale puissance se battent pour établir entre eux une hiérarchie qui définira ceux qui auront le droit de s’accoupler (30’’ à 44’’). Il s’agit d’un mécanisme de sélection naturelle qui favorise la reproduction des mâles les plus forts (les plus lourds, ceux qui possèdent les plus grandes cornes et aussi les plus combatifs). Ces critères traduisent en principe leur santé et leur qualité génétique. Noter que l’avantage de la taille des cornes (chez les plus âgés) sera tôt ou tard limitée par l’âge qui fera baisser la combativité.

 

Le plus souvent indifférentes (en apparence) aux avances des mâles, les femelles répondent par de petits mouvements de menace de la tête. Elles ne sont guère émues non plus (semble-t-il) par les combats qui se jouent tout près d’elles. Mais finalement elles ne cherchent pas du tout à s’éloigner (44’’ à 51’’) (1’10’’ à 1’14’’).

 

Pour les séduire, le mâle approche la femelle en rabattant ses cornes sur son échine, effaçant ainsi tout signe d’agressivité. Il pousse de petits cris semblables à ceux d’un cabri en tirant la langue (1’33 à 1’37’’) (1’45’’ à 1’48’’). A noter aussi que les mâles dégagent une très forte odeur musquée qui paraît-il plaît à ces dames. Ils sont rarement agressifs avec les femelles. Leur comportement affiche plutôt une grande soumission.

 

Pour déterminer si la femelle est en œstrus (féconde), le mâle se sert de son urine qu’il lèche lorsque l’occasion se présente (Time 1’39’’).

La période du rut s'étale sur deux mois environ.