Comprendre l'organisation sociale des bouquetins

Publiée le

Pour celui qui arpente le Parc national des Pyrénées, observer une harde d’une vingtaine de bouquetins ibériques est désormais possible.

 

Ce phénomène de regroupement, notamment à proximité immédiate du site de lâchers de Cauterets, est interprétable comme un signe, très positif, de la constitution d’un noyau de population où les animaux s’organisent socialement.

 

Les femelles, appelées étagnes, et leur petits, auxquels se mêlent parfois de jeunes mâles, forment ces groupes les plus nombreux, tandis que les mâles plus âgés affectionnent de se retrouver « entre eux » un peu à l’écart.

 

Mais le comportement exploratoire des bouquetins entraine d’autres associations, plus restreintes à deux ou trois individus dans d’autres vallées plus éloignées du site de lâcher.

 

Ainsi, conséquence d’affinités entre individus ou simple hasard, deux mâles ont été observés ensemble en vallée d'Aspe (secteur le plus à l’ouest du territoire) tandis qu’une femelle, Fraise, et un petit ont été observés en bordure de la vallée d'Aure (secteur le plus à l’ouest du Parc national).